L’éducation populaire fragilisée mais toujours là !

Par Zaïnaba Ahmed Haroussi, directrice adjointe des Ceméa de Mayotte

Vue la situation actuelle (crise de COVID19), il nous est impossible de faire du face à face pour accueillir du public. Les CEMÉA* Mayotte sont donc fermés au public comme tous les autres organismes pour que tous les salariés et stagiaires respectent le confinement. C’est donc une situation difficile pour une association dont l’activité est basée sur le contact, le travail de groupe avec les enfants, les jeunes et les adultes, pour permettre une éducation partagée, active et ouverte au plus grand nombre. Cependant, nous faisons fonctionner notre association sous différentes formes de travail. Tout dépend du secteur d’activité.

Par exemple notre foyer fonctionne de façon permanente avec la présence d’une éducatrice spécialisée tous les jours et un animateur. Un foyer de 8 participants actuellement : plusieurs activités leurs sont proposées pour accompagner ce temps de confinement : Web radio, activité culinaire, jeux, temps individuel/ parcourt individuel et réunion tous les mardis soirs.

Quant au Point Accueil Écoute Jeunes, les collègues ont une réunion tous les lundis par téléphone, puis des échanges de mails ou la page FB.

Ils suivent les jeunes par téléphone pour garder le lien avec eux, poursuivre l’écoute, l’accompagnement à distance. La coordinatrice maintient le lien avec nos différents partenaires

Le secteur Éducation à la Parentalité travaille la conception et les écrits de textes, pour préparer un projet de nouveaux courts métrages à réaliser en 2020.

Le secteur de la formation professionnelle appelle régulièrement les stagiaires pour des suivis, leur envoie des mails et réceptionne le travail effectué par ces derniers, conseille et accompagne.

Pour les stages BAFA et BAFD, il faudra encore attendre en fonction de l’évolution de la situation, les directives de la DJSCS, les possibilités d’organisation en fonction des obligations sanitaires.

Les cadres des CEMEA Mayotte se retrouvent par visio ou de visu pour des réunions de réflexions et évaluations une fois par semaine et échangent sur des thématiques à l’ordre du jour. Il s’agit de préparer la reprise de l’activité globale et de l’ensemble des chantiers dans lesquels les CEMEA sont engagés. Cette reprise doit se faire dans les meilleures conditions.  La direction fait un point de situation régulièrement avec l’ensemble des salariés par différentes modes : textos, mails et appels téléphoniques.

Prenez soin de vous !

Vous pouvez contacter les Ceméa : au 0269 62 28 26/ 0639 22 34 06 / 0639 27 51 31 ou nous envoyer des mails sur : secretariat.fp@cemea-mayotte.org secretariat@cemea-mayotte.org 

* CEMÉA : Les Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active, association laïque, régie par la loi 1901, reconnue d’utilité publique, sont un vaste mouvement d’éducation et de formation de praticiens engagés dans des actions du champ éducatif, social et culturel. Ils s’efforcent de vivre et de faire vivre dans la pratique quotidienne, par l’action de leurs animateurs bénévoles une pédagogie de l’éducation nouvelle.

2 réflexions au sujet de « L’éducation populaire fragilisée mais toujours là ! »

  1. Je salue la démarche de notre Institution tant au niveau des Accompagnés que de l’Equipe face à cet ennemi invisible ! Oui nous nous devons de nous préparer à la reprise de nos missions car l’après COVID risque de creuser encore les inégalités. Quel monde ou territoire voulons-nous vivre ? Quelle relations humaines à l’échelle du territoire allons-nous assister ? Les mots items Solidarité, Le Vivre-ensemble, Coopérer -Échanger, Faire-avec etc vont encore avoir plus de sens me semble-t-il. Mais ce qui m’inquiète le plus c’est comment allons-nous retrouver ces Enfants, Jeunes et Adultes dont la situation était déjà délicate ! À nous seuls nous n’y parviendrons pas. L’État doit jouer pleinement son rôle auprès de nos Organisations d’Education Populaire ! Le terme Utilité publique reprend et trouve tout son sens pour ceux qui l’auraient oublié ! Nous vaincrons ensembles cet ennemi invisible pour construire Ensemble un monde de partage ! Mes amitiés depuis la Bretagne à Brest. Anzize Koudra directeur ACM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *