Partenariat Maeecha à Anjouan – Cemea Mayotte

Un séjour à Anjouan, dans la continuité des rencontres, pour agir auprès de la jeunesse. par A. Saïd Ravoay

Dans la foulée du parrainage de l’association Maeecha, qui fait désormais partie du réseau de la FICEMEA , une délégation de 3 personnes des Cemea de Mayotte a passé un séjour de Rencontre-Formation du 20 au 28 novembre 2019 à Mrémani-Ajouan. L’association comorienne Maeecha est un mouvement associatif pour l’Education et l’Egalité des chances, œuvrant dans le domaine de l’éducation aux Comores.

Nous avions donc 2 groupes de participants, dont 22 responsables de secteur, de l’organisation de l’activité d’institutrices et 28 animatrices-institutrices. Pour les 2 groupes, leurs activités sont axées à l’encadrement des enfants, filles et garçons.

A la demande de l’association Maeecha, nous devions aller encadrer une formation d’animateurs et de directeurs. Cela n’a pas été envisageable, ni pour le BAFA, ni pour le BAFD en 2 jours et demi chacune. Nous avions donc assuré une formation et des contenus adaptés à des publics, pour leur permettre de participer à la construction de nouvelles compétences, de s’interroger et d’agir dans leur environnement professionnel. Avec les contraintes liées aux rythmes de leur journée, leur emploi du temps, l’éloignement des participants du lieu de formation, après mûres réflexions, l’équipe de formateurs avait décidé de proposer les thématiques ‘‘ Animer une activité socioéducative et Assurer l’animation de groupe autour d’un projet’’ pour les responsables et ‘‘ Vivre et réussir une activité socioéducative’’ pour les animatrices, institutrices.

Ce qu’il faudrait retenir, il s’agit véritablement de 2 catégories d’acteurs agissant dans des actions communautaires, alliant les professionnels salariés de l’ONG Maeecha et les familles. Nous avons eu des temps de pratiques d’activité, beaucoup de temps d’échange et de débats très constructifs, et ce réciproquement.

De nombreuses thématiques ont nourri nos échanges : la violence des jeunes (inexistant à Anjouan), les structures et les moyens d’éducation des familles (la communauté veille), les droits de l’enfant (grande manifestation que nous avons vécue à notre arrivée, organisée à Mrémani par Maeecha).

En terme de bilan par les participants, ils ont reçu une vraie aide pratique pour leur quotidien… "Nous pourrons mieux nous débrouiller à répondre aux besoins de notre public, en fonction des âges, et faire face aux nombreux obstacles, les ressources familiales, les institutions publiques d’éducation."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *