Le conte 2014, une édition réussie

LabattoirLes animations du 9ème festival de contes et légendes ont été une réussite dans les lieux de manifestation ouverte aux publics. Les contes ont été dits en Shimaoré, Kibushi, Français. Voici un bref aperçu et en cadeau un conte ! Poroani - 80 jeunes, enfants, adultes ont participé. 2 espaces de contes ont été aménagés en fin d'après midi. Puis, en soirée, le spectacle a été présenté au grand public. Labattoir, plusieurs classes ont accueilli les conteurs avant une fin d’après midi et soirée à l’ACL.DSC_0525 Passamainty, à la médiathèque, des ateliers jeux, contes… ont bien fonctionné avant la plénière avec le grand public. M’Tsahara, l’accueil est toujours appréciable sur la place du village qui regroupe des anciens, des jeunes et des enfants. Au bord de mer, l’ambiance se prête vraiment aux contes. DSC_0507 1Kani Keli, L’ambiance de la MJC ne se prête pas nécessairement au conte. Les conteurs ont donc dû faire preuve d’imagination avant de tenter d’entrainer les spectateurs eux mêmes. Pamandzi, à l’AJP avec l’équipe d’animation communale une après midi et une soirée de contes. Même avec quelques problèmes de sons les conteurs ont pu conter. Trévani, à la plage sous l’arbre éclairé par des étoiles et des lampadaires installées expressément, la scène ouverte, a accueili plus de 60 participants, avec des conteurs du village, de la commune et venant aussi de Mtsahara. DSC_0442Chiconi, sur la place de la Mairie, top des top, nous avons retrouvé un ancien des CEMEA Bouch’ qui a bien voulu conter, encourageant ainsi des stagiaires du BP JEPS à le faire aussi. Le métissage était réel avec un public métro et indigène. Une semaine plus tard, un samedi 24 mai au matin, ce qui n’est pas habituel pour le conte à qui l’on consacre plutôt des soirées, c’est à la pointe Mahabou que petits et grands ont pu apprécier des contes et des jeux associés. Questions à Archimède Saïd Ravoay L’édition du festival 2014 est terminée, un premier bilan ? C’est une réussite aussi, car la formation continue pour d’autres acteurs bénévoles associatifs associée à un stage BAFA3 accueillant 23 stagiaires a fait toutes ses preuves… 16 participants en formation continue nous ont rejoint ; Les participants ont pu prendre conscience de l’intérêt et la portée de ce genre d’activité culturelle traditionnelle, ils ont apprécié une dizaine de contes. Le samedi 31 mai, un groupe de ces animateurs bénévoles présent à la formation continue a organisé dans leur village une soirée contes. Les CEMEA et les conteurs du Nord ont été invités. A Labattoir les stagiaires des formations BPJEPS et Pré qualification aux métiers du social et de l’animation, ont pu participer toute la journée. Certains en contant, d’autres en observant. Ils ont ensuite travaillé avec leurs formateurs autour du Tarot de contes, puis en analysant la journée, les activités possibles, l’intérêt du conte dans les pratiques éducatives. Des suites envisagées ? J’avoue avoir l’impression que l’idée a été perçue par un grand nombre et j’ose penser qu’en 2015, le Conte fera son entrée dans toutes les communes de Mayotte, les parents, les vieux, les vieilles pourront CONTER pour le mieux vivre ensemble, et transmettre… D ‘ici là nous poursuivons nos activités en partenariat avec des associations villageoises, et éducatives, des éducateurs, autour de soirée, du jeu Tarot de contes… et une formation continue est programmée en octobre. Le conte est donc toujours d’actualité pour toi ? Agir est une de mes passions, d’une façon ou d’une autre pour que l’éducation des gens soit un acte ontologique. Je suis militant de l’Education Nouvelle, j’approuve de nombreuses combines dans la pédagogie active, entre pratique, manipulation, expérimentation, tâtonnement etc… Je suis également très convaincu, que la transmission est aussi pédagogique. En écoutant un conte, on apprend, on naît, on est très actif, on est acteur de l’éducation que l’on se fait. Le conte est vivant, c’est présent, on raconte en étant présent. Il s’agit d’espace d’apprentissage de respect pour les jeunes… c’est une transmission de certaines valeurs, morales et éducatives. Le conte ne trahit pas… le plus souvent, il s’agit d’un pacte entre le héros, le pauvre, le riche, le roi, le voleur et la mort. Le non-respect du protocole entraîne la mort du héros ou d’un autre prétendant…ou le respect du pacte entraîne les bonnes choses prévues ou annoncées, en tout cas il n’y a pas trahison en écoutant le conte. Cela fait voyager, suscite l’imagination… La morale est perçue par le public. Cela peut toucher ou affecter profondément les spectateurs. On entend souvent même si cela n’a pas été dit à haute voix : « cela correspond à moi, ou exactement ; …à ce que je suis, je sens que ; je pense que, je crois que ». Donc pour moi ce n’est pas la peine à la fin d’un conte de dire, de demander ou d’expliquer la morale du conte aux publics. A chacun de la trouver, de la savourer et d’en faire ce qu’il veut de mieux. Des contes d’ici et d’ailleurs ! Allez-y, sans effroi, suivez Boinawassi et les autres dans des aventures ahurissantes. Dévoilés en shiboushi ou en shimaoré, les contes ont été traduits en français afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier de plaisir surnaturel. Vous y trouverez des contes inventés, ils deviennent remède. Le conte renferme, à mon avis, un domaine spirituel et philosophique. Il paraît comme une histoire fictive, composée par des gens sérieux œuvrant dans le domaine social, culturel qui ont un vrai but de faire évoluer des choses en donnant des coups de gueule, en faisant des critiques ouvertement… c’est également renverser les us et coutumes, bannir les formes de pouvoir politique, les intolérances religieuses. Le conteur est en quelque sorte protégé, il ne fait que conter… Il ne suscite que la curiosité des gens. Il leur demande tout simplement d’utiliser leurs oreilles et leurs yeux, pas seulement pour écouter ou pour regarder mais surtout pour comprendre les réalités de la vie. En résumé, le conte est une méthode active pour faire réfléchir, faire comprendre et faire agir.
Lire le Monstre et le Pêcheur cliquez ici
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *